Le Consul général de France à Bilbao visite le campus de Gipuzkoa et échange sur les dynamiques transfrontalières

2020/02/12 14:50:00 GMT+1

Le 6 février dernier, Yann Battefort, consul général de France à Bilbao, a été reçu sur le campus de Gipuzkoa. Au programme de la visite: découverte de l'écosystème de l'UPV/EHU et des dynamiques universitaires transfrontalières et eurorégionales .

Cette visite avait pour objectif de connaître de plus près l’écosystème de l’UPV/EHU, ses relations avec la France, plus spécialement avec l’Université de Bordeaux et son rôle, en général, en matière de coopération transfrontalière et euro-régionale, afin de renforcer ou d’explorer de nouvelles pistes de collaboration.

Les personnes ci-dessous ont officié comme guides du représentant français tout au long de la rencontre  :

Agustín Erkizia, vice-recteur du campus de Gipuzkoa, a commencé par présenter l’UPV/EHU, soulignant le poids de l’université publique du Pays basque dans l’économie régionale. La délégation s’est ensuite rendue à pied au Donostia International Physics Center pouvant observer en chemin la concentration de centres d’un campus situé à seulement 25 km de la frontière avec la France, une situation qui en fait un moteur pour le développement de la coopération transfrontalière et euro-régionale, ainsi qu’un laboratoire de la citoyenneté européenne. Un laboratoire, comme l’ont souligné Fernando Tapia et Igor Campillo pendant la visite, qu’est le campus Euskampus Bordeaux, programme actif depuis plus de 10 ans, fruit de l’alliance Euskampus entre l’Université de Bordeaux, l’UPV/EHU, le DIPC et Tecnalia. Notons que le consul s’était familiarisé avec cette initiative lors des rencontres annuelles de la communauté Euskampus Bordeaux, Euskampus Bordeaux Eguna, organisées en novembre 2019 à Bordeaux.

Sur place, Ricardo Diez, directeur du DIPC,  accompagné de Txomin Romero, responsable de cet équipement, ont invité les participants à pénétrer dans les entrailles du super-calculateur le plus puissant du Pays basque (Euskadi) nommé Atlas. Hébergée par le DIPC, cette infrastructure exceptionnelle permet d’effectuer des recherches au niveau international dans le domaine de la simulation de matière (images d'Atlas).

Ce passage par cette institution a été l’occasion d’une rencontre avec Albert Fert, prix Nobel de physique français ayant rejoint récemment l’UPV/EHU, qui doit développer son travail au sein du DIPC, preuve du pouvoir d'attraction des talents exercé par cette institution, ainsi que de sa collaboration étroite avec la France, comme l’a rappelé le président du DIPC, Pedro Miguel Etxenike.

Plusieurs projets impliquant la France ont ainsi été présentés. D’une part, en matière de diffusion de la science, engagement de taille du DIPC auprès de la société depuis sa création (atelier Nanokomik avec des collégiens et lycéens français, projection dans le cadre du cycle « Cinéma et science » à Saint-Jean-de-Luz, conférences de chercheurs français au Pays basque espagnol...), et d’autre part, en matière de recherche, avec notamment le plus emblématique de ces dernières années : le Laboratoire transfrontalier conjoint QuantumChemPhys avec l’Université de Bordeaux, co-dirigé par Ricardo Diez et Pascal Larregaray.

Le groupe s’est ensuite acheminé vers le palais Miramar, surplombant la baie de La Concha, siège de la  Fondation des cours d’été de l’UPV/EHU qu’a présentée sa directrice, Itziar Alkorta, accompagnée de son sous-directeur académique, Igor Alvarez. Le représentant consulaire a ainsi pu découvrir les universités et cours d’été, nombreux, variés et de qualité, qui « reflètent en miniature ce qu’est l’université mondiale », pour reprendre les mots d’Itziar Alkorta.

Le consul Yann Battefort a tenu à souligner le caractère structurant de l’enseignement supérieur dans la coopération euro-régionale et transnationale et a réaffirmé, au nom de ses autorités, la volonté d’explorer de nouvelles pistes de collaboration avec les acteurs universitaires en vue de renforcer cette coopération

Chaque année, depuis trois ans, une université d’été transfrontalière sur le thème de l’océan est programmée à cheval entre Saint-Sébastien et Biarritz rencontrant un réel succès. Toutefois, l’accent a été mis sur le besoin d’élargir cette offre et d’attirer davantage le public français en général, particulièrement le public frontalier, qui ignore dans sa majorité cette riche programmation estivale à ses portes, malgré sa proximité et son accessibilité économique.

Pour cela, il a été proposé par la direction de la Fondation des cours d’été de l’UPV/EHU, d’entamer prochainement une réflexion sur le concept d’université d’été transfrontalière et de lancer une initiative de plus grande envergure pour renforcer la coopération euro-régionale dans l’enseignement supérieur dans le format détendu et informel des cours d’été, propice à un réel rapprochement du savoir du grand public et non seulement du public expert. Yann Battefort saluant cette démarche a été invité à participer à cette réflexion dans le cadre d’un atelier collectif avec d’autres acteurs issus de l’université ou des collectivités frontalières.

Enthousiaste et remerciant ses hôtes pour cette visite, le consul Yann Battefort a tenu à souligner le caractère structurant de l’enseignement supérieur dans la coopération euro-régionale et transnationale, qui produit des résultats tangibles, favorise le multilinguisme, l’interculturalité et le développement des compétences transversales chez les étudiants. Le consul a clos la visite en réaffirmant, au nom de ses autorités, la volonté d’explorer de nouvelles pistes de collaboration avec les acteurs universitaires en vue de renforcer cette coopération.

Abonnez-vous à la newsletter de Newskampus

J'ai lu et j'exprime mon consentement en acceptant la politique de confidentialité.