Les atouts du partenariat basco-bordelais pour les appels à projets collaboratifs en santé.

2019/06/04 18:30:00 GMT+2
Euskampus Bordeaux; Santé; Appel à projet; Pôle de connaissance en science et technologie de la santé

Sur invitation des Cellules Europe des établissements d'enseignement supérieur et de recherche des campus bordelais, Euskampus Fundazioa a participé à une journée d’information le 27 mai dernier autour des prochains appels à projets (AAP) collaboratifs européens dans le domaine de la santé avec le concours du Point de Contact National Santé (PCN santé), representé par sa coordinatrice, Sophie Decamps. Au programme: panorama des prochains AAP, écueils et recommandations pour y répondre, focus sur le partenariat Bordeaux-Euskadi (Pays basque) et témoignages de chercheurs.

Après une brève présentation des cellules Europe, et des dispositifs d’accompagnement mis à disposition des chercheurs des campus bordelais, par les organisatrices, Karine Estieu-Gionnet, responsable des Partenariats et de la Valorisation de la Délégation régionale Nouvelle-Aquitaine de l’Inserm et Cécile Bâcles, chargée d'affaires Europe à la Direction de la Recherche et de la Valorisation de l’Université de Bordeaux, Sophie Decamps a dressé un panorama complet des AAP européens en santé à venir en 2020 et  pu répondre aux questions nombreuses et variées d’une assemblée fournie (60 participants) composée aussi bien de néophytes que d’experts.

Faire appel le plus tôt possible à l’expertise des cellules Europe

L’après-midi s’est déroulée sous forme de deux tables rondes animées par Didier Dubrana, responsable de la communication à la Délégation régionale Nouvelle-Aquitaine de l’Inserm. La première table ronde portait sur les recommandations à suivre et écueils à éviter avec le retour d’expérience des Docteurs Briand et Orne-Gliemann rattachées aux Bordeaux Population Health sur un premier dépôt de projet H2020, qui sont revenues longuement sur le bénéfice de l’expertise des équipes dédiées dans les établissements auxquelles il convient de faire appel le plus en amont possible; l’anticipation étant vraiment un facteur-clé de réussite, au-delà de l’excellence des projets, de la complémentarité ou de l’expérience des partenaires.

Le Professeur Couet du pôle biologie santé de l’Université de Poitiers fort de son expérience de coordinateur de plusieurs projets IMI, consistant en un partenariat public-privé avec les industriels, a souligné, quant à lui, l’importance pour les plus jeunes chercheurs de commencer par s’impliquer dans les projets collaboratifs européens en proposant leur expertise comme partenaires potentiel ou évaluateurs de projet pour construire leur réseau sur la durée.

La solidité du partenariat: un facteur-clé de réussite

Une deuxième table ronde a ensuite été consacrée à la construction des partenariats. Un coup de projecteur a alors été porté sur le partenariat Bordeaux-Euskadi, un partenariat international de proximité, qui en facilite la mise en oeuvre et peut être la charnière de consortiums solides.

Le partenariat Bordeaux-Euskadi, un partenariat international de proximité qui peut être la charnière de consortiums solides

Katixa Peigneguy, responsable de l’animation du campus Euskampus Bordeaux a présenté ce dernier et quelques exemples notables de collaborations transfrontalières en santé, en formation et recherche, mettant l’accent sur l’aide à l’identificaoin de partenaires que peut apporter la Fondation Euskampus, instrument au service de ses membres fondateurs basques et néo-aquitains, université de Bordeaux, UPV/EHU, Tecnalia, DIPC  et de leurs partenaires d’excellence. Des rapprochements peuvent ensuite s’opérer et les porteurs de projet bénéficier, par exemple, d’un accompagnement autour de thèses en cotutelle, d’échanges de chercheurs ou de l’organisation de workshops (de juin à novembre 2019 dans un premier temps).

Les consortiums, comme l’a rappelé la représentant du PCN santé, qui fonctionnent le mieux, et les évaluateurs y sont attentifs au moment de l’évaluation des risques, sont, en effet, ceux constitués autour d’un noyau dur de partenaires ayant déjà collaboré ensemble. Elle a aussi rappelé que les partenariats régionaux, au fonctionnement perçu comme plus fluide et éprouvé, ont un fort potentiel de réussite dans H2020.

Le pôle de connaissance Euskampus en Science et Technologie de la santé: un tremplin vers les prochains AAP santé H2020

Le pôle de connaissance Euskampus en Science et Technologie de la Santé peut être un excellent cadre pour tisser cette relation solide permettant d’envisager par la suite de se présenter à des AAP ambitieux. 

Le pôle de connaissance Euskampus en Science et Technologie de la santé  présenté par Elena Urdaneta de la Fondation Euskampus peut être un excellent cadre pour tisser cette relation solide permettant d’envisager par la suite de se présenter à des AAP ambitieux. Cet instrument permet de répondre aux besoins à la fois des chercheurs basques et bordelais à des défis de santé, en l’occurrence, dans une approche pluri, inter et transdisciplinaire.

Les neuroscientifiques Giovanni Marsicano pour Bordeaux et Pedro Grandes pour le Pays Basque ont témoigné de leur côté de leur riche collaboration initiée il y a plus de 10 ans et matérialisée par de nombreuses publications communes, thèses en cotutelle entre leurs équipes et projets de recherche variés. Si leur partenariat est avant tout motivé par l’excellence de leurs travaux, les deux chercheurs ont souligné la réelle plus-value de la proximité géographique dans cette collaboration internationale qui facilite et approfondit les échanges.

Comme l’a bien résumé le Dr Marsicano pour encourager ses collègues bordelais à explorer des pistes de collaborations avec leurs pairs basques: “The Basque country  is a beautiful place with excellent science”.

Tous les supports utilisés lors de cette journée seront envoyés aux participants et seront accessibles sur demande aux organisateurs.